Que va devenir l’Open de France de golf ?

HNA Open de France de golf FFG Actualités golf blog de golf Jérôme Marczak

La nouvelle est tombée. HNA se retire de l’Open de France de golf. Un an avant la fin de son contrat de sponsoring avec le plus gros tournoi de golf du pays.

Un micro événement ? Assez significatif en tout cas pour se pencher sur la question du devenir de l’Open de France.

Officiellement, HNA, compagnie aérienne chinoise, aurait été sommée de se recentrer sur son coeur de métier par le gouvernement chinois, désireux de limiter les dilutions financières dans des opérations de sponsoring jugées pas assez rentables pour l’image des entreprises qui la représentent.
Officieusement, des rumeurs de difficultés financières auraient fortement penché dans la balance pour forcer cette décision, imprévue il y encore un an.

Rappelons que HNA est devenue sponsor officiel de l’Open de France de golf en 2017 seulement, faisant passer les dotations du premier tournoi français et plus vieux tournoi de l’Europe continentale, de 3 à 7 millions de dollars (6 millions d’euros). De quoi attirer les meilleurs joueurs du monde et intégrer le fameux Rolex Séries Tour. Une belle montée en puissance donc, autant qu’une médiatisation assurée auprès d’un public élargi.

L’Open de France de golf se cherche depuis des années

Il reste que cette décision, connue depuis un certain temps visiblement dans les milieux bien informés du golf à en croire les réactions de ci de là, remet en lumière la difficulté de l’Open de France à se hisser et demeurer parmi les plus grands tournois de golf au monde.

L’Open de golf, jadis Open Gaz de France, ou Alsthom, après des années en mode « ronronnement tranquille en dehors des plus gros projecteurs médiatiques du golf », pensait avoir trouvé un moyen de gravir une marche pour se hisser durablement parmi les grands… Ce projet était en passe de réussir, avant le retrait de HNA.

Que va donc devenir l’Open de France ? Quelles solutions pour en pérenniser l’image et l’organisation ? Quel nouveau sponsor ? Faut-il que le futur partenaire soit français ? Le contrat doit-il être garanti sur plusieurs années pour assurer une vision à long terme de l’événement ?

Certains licenciés en appellent à la communauté du golf : « créons une association et devenons propriétaires du tournoi ! Rendons au peuple ce qui devrait lui appartenir ! » Idée originale ? Réaliste ? A-t-on des exemples de réussite dans le genre ? Faut-il jouer la carte de l’innovation dans le cas contraire ? Ces amateurs, qui fustigent à longueur d’année les organisateurs et la fédération française (de temps en temps pourquoi pas, ou au moins questionner directement comme je viens de le faire dans l’article « Allo le golf en France ? Non mais allo quoi…« ) sont-ils présents le long des greens du Golf National cette année ? A en voir les images, ils ne se bousculent pas non plus au portillon du parcours…

Beaucoup de questions restent en suspens. Et de réponses en attente.

Une fois les remerciements d’usage faits aux représentants de HNA, il reste à se remettre en question, une fois de plus. On entend que le tournoi sera peut-être organisé en septembre 2019. C’est vrai que ces histoires de calendrier sont un vrai casse-tête chinois (bye bye HNA) pour les organisateurs de la PGA et de l’European Tour, les plurs influents et les plus relevés. Même le tournoi aussi réputé et doté que l’USPGA, a été joué sur neuf mois différents et reprendra ses attaches en mai l’année prochaine, forçant une adaptation inévitable des tournois de l’European Tour.

L’Open de France sera-t-il toujours intégré au Rolex Series Tour ? Rien n’est moins sûr désormais. Sans l’assurance d’un sponsor « fiable », les instances décisionnelles pourraient se voir tentées de revoir leur position…

En tout cas, ce n’est pas faute d’avoir un environnement très attirant (Paris à proximité, offre d’hébergement et de services à foison) et un parcours à disposition remarquable.
Le golf National propose en effet un niveau « digne de l’US Open » pour citer Alexander Lévy, numéro 1 français, actuellement 60e mondial et l’un des rares tricolores à réussir à se qualifier pour des majeurs. Sans parler du facteur vent, important surtout sur les hauteurs des collines de Saint-Quentin en Yvelines, point culminant du plateau de la région Île-de-France.
L’accueil de la Ryder Cup cette année a élevé encore plus le niveau pour rendre la confrontation entre américains et européens encore plus passionnante. Les joueurs et les représentants de l’organisation de la Ryder ne tarissent pas d’éloges sur la qualité de l’Albatros.

J’aurai tendance à dire que l’environnement global du golf en France n’est pas facilitateur du succès de l’Open de France. En 2012, le journal Le Monde parlait de la France comme une petite nation du golf, dans une interview du français Thomat Levet, à son top à cette époque. Quelle évolution depuis ?

Une centaine de petites structures de golf en site urbain et périurbain ont été construites, le Golf National a été embelli et adapté à la Ryder Cup, des réseaux de golfs ont pris de parti de proposer de nouveaux modes d’appréhension du golf. Mais ces initiatives semblent ne pas dépasser le cadre fermé du golf justement.

L’Open de France peut-il donc décoller dans cet environnement qui lui ne change qu’à petite vitesse ? On n’a jamais vu un TGV rouler à 300km/h sur une ligne faite pour une vieille locomotive à charbon…

SHARE
Previous articleAllo le golf en France ? Non mais allo quoi…
Jérôme Marczak s'est pris de passion pour le golf il y a quelques années. Après une pratique en dilettante et entrecoupée de blessures dues à d'autres sports, il s'oriente depuis 2016 vers le golf de manière exclusive. Fort de son expertise en communication écrite (formé au journalisme et à la communication et comptant 15 ans d'expérience dans le privé, le public et en tant que consultant indépendant), Jérôme Marczak associe l'écriture et le golf dan ce blog pour proposer une vision unique d'un blog de golf : un amateur parmi tant d'autres qui partage sa passion, ses progrès, ses erreurs, ses expérimentations mentales, techniques... Il souhaite avant tout partager sa passion du golf avec les milliers d'autres pratiquants qui s'y mettent eux-aussi en grand nombre ces dernières années et qui tentent de progresser dans ce jeu technique, précis, ludique et tellement enrichissant ! Avec simplicité, humour, envie, et passion. Merci de lire ce blog et de participer à votre manière au développement du golf en France, et de contribuer à développer la communauté du golf tout court :-) A bientôt sur SensationsGolf.fr !

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY