Filmez-vous au golf ! Dur dur mais bénéfique…

golf se filmer pour progresser video golf jouer au golf cours de golf

Je me souviens de l’effet terrible de me voir jouer au tennis il y a longtemps (je devais avoir 15 ans)… « C’est moi là ??? Je suis droit comme ça sur mes jambes ?? Mais qu’est-ce que c’est que ce coup droit ?? » Je résume mais c’était à peu de choses près cette même réaction d’étonnement, de déni et de découverte. Dur de se voir jouer et de se rendre compte de l’écart entre ce que l’on croit être et faire et ce que l’on fait vraiment…

Mais comme cela m’avait fait progresser… Après cette vidéo torture, j’ai travaillé ces coups que je pensais bien exécutés, ce placement que j’estimais en progression et ce plan de frappe que j’imaginais aussi fermé que celui de Mats Wilander. Et pourtant je jouais vraiment à plat. A la Stephen Edberg (mon joueur préféré ce qui explique cela). Pour celles et ceux qui ont joué au tennis et ont connu ces deux grands joueurs suédois dans les années 80′, ils comprendront que j’étais loin du compte dans ma tête. La vidéo m’a ainsi ouvert les yeux, c’est le cas de le dire.

La vidéo au golf : un outil de progression accélérée

Comme le tennis, le golf est un sport de placement, très technique et qui demande beaucoup de précision dans la mécanique. Comme beaucoup de sport du reste.

La vidéo permet de la même façon que lors de mon aventure tennistique de se voir réellement en plein mouvement. Comment suis-je placé à l’adresse ? Comment est mon swing ? Mon finish ? etc.

Le but n’est pas de se flageller sur la place publique en se plaignant de n’avoir rien vu toutes ces années, tous ces mois et d’avoir été trompé par son imagination et son inconscience, ces deux traitresses… Eh oui, on croyait que son release était correct mais les bras sont crispés et tirent le club près du ventre à l’impact. Quand au transfert du poids du corps, il ne se fait pas et les jambes paraissent statiques et sans mouvement… D’ailleurs, on ne tourne que très peu, contrairement à ce qu’on pensais. Ce défaut va souvent de pair avec un bas du corps qui ne bouge pas.
L’objectif est bien de voir ce que l’on fait de bien et ce que l’on peut améliorer. Comme ces swings de champions décortiqués par des pros. sauf que cette vidéo, dans la vidéo, c’est vous, et que ni champion ni pro ne figure dans cette épreuve. 😉

Tant pis pour l’égo, vive la vidéo !

Ca fait clairement parfois mal de se voir si différent que dans ses pensées. Mais les bénéfices sont immenses :
– on peut travailler les principaux grains de sable de son swing. Auparavant, on ne savait même pas qu’on avait tous ces défauts.
– On ressent mieux son mouvement et son placement quand on se voit le réaliser.
– On se rend compte de son propre style et on peut jouer avec ses qualités naturelles enfin.
– Une fois la déception digérée, on et motivé pour travailler encore et encore, un peu plus humble qu’avant s’il en était besoin…
– Avec les exercices filmés, on peut comparer le résultat des entrainements et voir sa progression.

J’ai commencé ce matin avec le putting. Et déjà, certains éléments me sautent aux yeux, malgré un résultat satisfaisant à première vue. A 5-6 mètres du trou, mes balles se sont rapprochées à 50cm, 10cm et 15 cm du trou (quelle belle série me suis-je dit). Pourtant, en regardant la vidéo, j’ai remarqué deux défauts (j’imagine que vous en verrez beaucoup d’autres) qui m’empêcheront, si je ne les corrige pas, de scorer au putting sur des greens pentus, rapides, et vicieux :
– ma tête n’est pas au-dessus de la balle, ce qui crée un arc dans mon balancier, des angles et une trajectoire non rectiligne.
– mon bras gauche se soulève au lieu de rester dans l’axe, tirant le club vers la gauche et la balle dans la même direction.

Cela me saute au yeux. Vous le verrez facilement. Les coup suivants cette vidéo, j’ai donc immédiatement travaillé sur ma distance de la balle. Devinez ? La balle allait plus droit et je maîtrisais mieux. Reste donc à m’entraîner dans cette direction et ressentir de nouveau le club, les sensations avec cette nouvelle position…

Tant pis pour l’ego, et vive la vidéo ! Car c’est un mal pour un bien.

Tenez aussi l’expérience, et vous verrez, vous progresserez bien plus vite dans votre entraînement, rendant le practice puis les parties plus plaisantes et plus précises 🙂

Cliquez ici pour voir la vidéo de mon putting hier matin, au golf du Bois de Boulogne, en plein milieu de l’hippodrome de Longchamp, à la fraîche puisqu’il était 8 heures du matin (en attendant de trouver le moyen de publier ici la vidéo en qualité satisfaisante et non pixelisée).

SHARE
Previous articleCasquette ou pas casquette pour jouer au golf ?
Next articleLe vrai/faux quiz d’après golf en 4 questions
Jérôme Marczak s'est pris de passion pour le golf il y a quelques années. Après une pratique en dilettante et entrecoupée de blessures dues à d'autres sports, il s'oriente depuis 2016 vers le golf de manière exclusive. Fort de son expertise en communication écrite (formé au journalisme et à la communication et comptant 15 ans d'expérience dans le privé, le public et en tant que consultant indépendant), Jérôme Marczak associe l'écriture et le golf dan ce blog pour proposer une vision unique d'un blog de golf : un amateur parmi tant d'autres qui partage sa passion, ses progrès, ses erreurs, ses expérimentations mentales, techniques... Il souhaite avant tout partager sa passion du golf avec les milliers d'autres pratiquants qui s'y mettent eux-aussi en grand nombre ces dernières années et qui tentent de progresser dans ce jeu technique, précis, ludique et tellement enrichissant ! Avec simplicité, humour, envie, et passion. Merci de lire ce blog et de participer à votre manière au développement du golf en France, et de contribuer à développer la communauté du golf tout court :-) A bientôt sur SensationsGolf.fr !

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY